Le premier album de PLK tourne en rond

Mathieu Pruski, alias PLK, est de retour dans les bacs avec son premier album intitulé POLAK. L’album se révèle décevant et redondant.

Après ses premières mixtapes, Ténébreux et Platinum, le jeune rappeur franco-polonais avait annoncé que son premier album s’appellerait POLAK, en référence à son nom de scène. Membre incontournable de Panama Bende (groupe proche du collectif L’Entourage), PLK s’offre un featuring avec Nekfeu sur Waow. Il invite également SCH sur Hier et le rappeur Paluch, un rappeur très connu du public polonais, sur Gozier.

« Le quartier, c’est fade, l’argent rajoutera l’sel » (Le sel)

L’atmosphère de l’ouvrage est souvent agressive, mais PLK revient parfois à un style beaucoup plus dansant rappelant Dis moi oui. Dans Le sel, il raconte son passé de jeune de banlieue au paysage triste en affirmant notamment que « l’argent fait le bonheur ». Malheureusement, l’album tourne en rond et n’est pas exhaustif en terme de sujets : la vie en cité, la drogue et l’egotrip sont omniprésents. Mais l’album se libère de ces thématiques sur Idiote et Bunkoeur : deux sons parlant de sa difficulté à faire confiance aux autres. Cet album tant attendu est en définitive un peu décevant : sa redondance est le principal défaut, ses confessions sont sa qualité première. PLK se place malgré à la 2e place du Top Itunes Rap.

POLAK disponible depuis le 5 octobre 2018. Photo : DR.

Lilian FREULON.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *