Vianney : « La réalisation de ce nouvel album fut intense »

Avant son concert au Sweet FM Live VIP au Centre Culturel Athéna de la Ferté-Bernard (Sarthe), le chanteur Vianney s’est confié sur son troisième opus (N’attendons pas) à paraître le 30 octobre 2020. Morceaux choisis.

« J’ai hâte de présenter ce nouveau disque sur scène »

Dans quel état d’esprit avez-vous abordé la réalisation de votre 3e opus ?
J’ai vécu sept mois intenses mentalement. Les journées ont été denses, ça n’a pas été toujours facile, mais je n’ai rien lâché. Quand on veut que les chansons soient habillées de la plus belle des manières, il faut puiser au fond de sa passion. Mais c’est ainsi que je m’épanouis. Je suis fier de cet album.

Que gardez-vous des dernières années que vous avez vécues ?
Je les regarde avec beaucoup de tendresse. Je garderai toujours en mémoire la première date, dans une Péniche à Lille, devant une centaine de personnes. Je me souviens du moindre détail de ce jour-là, l’arrivée sur scène, le regard des gens, l’odeur du lieu, les premiers bugs techniques. Ces premiers moments sont les plus importants.

« J’avais besoin de me ressourcer avec mes proches »

Pourquoi avez-vous choisi de marquer une pause ?
Je ressentais le besoin de prendre du recul par rapport à tout ce que j’avais traversé. Pendant cette parenthèse, je n’avais aucune idée de ce que j’allais faire. Je voulais déjà dormir chez moi, renouer avec une vie normale en passant du temps avec ma famille. J’avais besoin de me ressourcer avec mes proches. C’était un cheminement naturel. Dans n’importe quel métier, il faut savoir faire un pas de côté pour regarder plus justement les choses.

Qu’avez-vous voulu raconter dans votre nouvel album ?
Il n’y a pas de fil conducteur, même si la notion de liberté est une thématique qui m’obsède, notamment la liberté d’être différent. Le titre d’ouverture (Merci pour ça) parle de ce qu’il y a au fond des gens et qui doit primer par-dessus tout. Cette chanson est spéciale, elle est dédiée à un ami.

Un morceau comme Beau-Papa a-t-il été évident à écrire ?
Le thème du beau-père n’avait peut-être pas été abordé de manière aussi frontale. J’ai voulu employer des mots simples, je cherchais à être direct et naturel tout en ajoutant un soupçon de poésie, car je m’adresse à une petite fille que j’aime.

Avez-vous déjà en tête la prochaine tournée ?
Pendant la gestation de l’album et les sessions studio, je ne pensais pas à la scène, j’étais uniquement focalisé sur les chansons. Maintenant que le disque sort, je peux imaginer le nouveau spectacle avec l’équipe qui m’entoure.
J’ai hâte de jouer ces morceaux en concert. C’est comme quand tu mets du cœur à préparer un cadeau à une personne. Et au moment où tu lui remets son présent, tu observes sa réaction et la manière dont elle le recevra.

Que pouvez-vous souhaiter à nos lecteurs pour l’année 2021.
Je leur souhaite de vivre une année moins compliquée sur tous les plans, de ne jamais perdre l’espérance et de ne pas avoir peur. Lorsque nous vivons dans la peur, nous perdons de notre liberté.

Propos recueillis par Jaheli NAMAI.
Photos : Mamadi Sangaré.

N’attendons pas de Vianney (11 titres/Tôt ou tard) disponible le 30 octobre 2020. L’artiste débute une nouvelle tournée en 2021.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *