The Clash, porte-paroles d’une génération désabusée

Au milieu des années 70, l’Angleterre voit émerger le mouvement punk rock. Souvent associé à une musique rude et politisée, il se veut représentant de toute une génération, fatiguée de l’industrie musicale de l’époque et de la politique Thatchérienne en place à partir de 1979. Parmi les formations emblématiques de ce courant, The Clash y occupe une place de choix. Le groupe est considéré comme le « pionnier du punk politique ».

The Clash a rapidement réussi à attirer une audience fidèle et a su, par ses textes engagés, exprimer la frustration de l’époque et inspirer de nombreux jeunes à prendre position politiquement.

Le groupe voit le jour en 1976, pendant la première vague du punk britannique, dans la banlieue ouest de Londres. Composé originellement de Joe Strummer, Mick Jones, Paul Simonon et Topper Headon, The Clash n’aura de cesse d’évoluer, changeant de membres régulièrement.

Dès le début, ils se démarquent des premiers groupes punk par leur engagement politique dont sont teintées leurs chansons. Ainsi on retrouvera dans leur discographie les thèmes suivants : la déchéance sociale, le chômage, le racisme, la brutalité policière ou encore la répression politique et sociale.

« Nous sommes anti-fascistes, nous sommes anti-violence, nous sommes anti-racistes et nous sommes pro-créatifs. Nous sommes contre l’ignorance » – Joe Strummer, chanteur, guitariste et leader du groupe.

Alors que le Royaume-Uni est frappé depuis une décennie par une crise économique, sociale, politique et culturelle, The Clash appelle à la rébellion. Dans White Riot, chanson sortie en 1977 sur leur premier album éponyme, le groupe encourage la jeunesse blanche à prendre exemple sur la minorité noire, à s’engager politiquement, à sortir dans la rue et à provoquer des émeutes.

White Riot n’est évidemment pas leur seule chanson engagée. Dans Spanish Bombs, The Clash évoque la guerre civile espagnole de 1936 et dénonce le Franquisme. Leur morceau emblématique London Calling dénonce le régime de Margaret Thatcher, et The Guns of Brixton évoque les tensions entre policiers et immigrants dans ce quartier de Londres.

Leur engagement ne s’arrête pas là. Le groupe exprime notamment à plusieurs reprises son scepticisme envers les médias de masse et déclare qu’ils se servent de leurs chansons afin d’informer les gens de ce qui n’est pas dit à la télévision ou dans les journaux.

 

« Pour moi, le punk était un mouvement social. Nous essayions de faire politiquement les choses dont nous pensions qu’elles étaient importantes pour notre génération et, avec un peu de chance, inspireraient une autre génération à aller encore plus loin » – Joe Strummer

Dans 1977, avec les paroles « No Elvis, Beatles or The Rolling Stones in 1977 », The Clash critique la production musicale de l’époque qui n’était devenue, d’après eux, qu’une simple histoire de profits. Le groupe a d’ailleurs toujours marqué son désir d’être indépendant de cette industrie musicale, ce qu’il a réussi à faire une grande partie de sa carrière en ne faisant par exemple que très peu, voire pas de profits sur ses ventes de vinyles. La dénaturation de leur mentalité et principes de base est d’ailleurs un des facteurs qui a mené à la dissolution du groupe en 1986. « On est devenu des pop stars, comme ceux qu’on voulait combattre au départ. Le succès nous a vidé de notre jus », confie Joe Strummer dans « The Future is Unwritten », le documentaire qui lui est consacré.

The Clash a marqué plusieurs générations d’artistes

Après des tensions de plus en plus fréquentes et importantes entre ses membres, le groupe a pris fin au début de l’année 1986 après neuf ans de succès. Malgré sa relative courte période d’activité, The Clash a encore aujourd’hui une influence énorme sur la musique et l’art en général. La formation a inspiré, entre autres, U2, No Doubt, Green Day, Rage Against the Machine, The Strokes, Téléphone, et n’a sans doute pas fini d’inspirer de nouveaux artistes.

Yuna PERRIÈRE.

Photos : DR. 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *