Le Mans : la Compagnie à Trois Branches a joué à EVE

Mardi 8 février 2022 s’est joué L’Été des charognes, par la Compagnie à trois branche, à EVE, scène universitaire du Mans. Cette pièce de théâtre adaptée du roman de Simon Johannin a été mise en scène par Margot Châron et interprétée par Bertrand Cauchois. Cette représentation programmée dans le cadre de la semaine du développent durable au Mans Université est une grande première pour la compagnie.

Cette pièce se déroule dans La Fourrière, dans un « village sorti de nulle part », selon le personnage dont on ne connaît pas le nom. Il nous raconte pendant 1h30 ses souvenirs d’enfance, des plus drôles aux plus douloureux, et du plus lointain jusqu’à l’adolescence. C’est une enfance vécue dans la misère, au milieu des animaux qu’il retrace. Le comédien Bertrand Cauchois s’est confié à Vitav sur ce rôle.

« Je ne voulais pas passer pour le comédien qui essaie de faire du cirque »

Bertrand Cauchois, comment s’est déroulée la mise en scène de L’été des charognes ?
On a d’abord travaillé sur le montage du texte, parce que c’est d’abord un roman. Il y a eu ensuite la recherche scénographique de l’espace. Eric Minette, le scénographe, a très vite amené cette roue, qui est un touret pour du tuyau agricole. Ce dispositif a donné cette dimension « cirque » à la création. J’ai dit à Margot (Charon), « c’est cool, mais je ne suis pas circassien ». Je ne voulais pas que cela sente le comédien qui essaie de faire du cirque. On a donc demandé à une vraie circassienne de nous aider. Tout est parti de là et le mouvement de la roue a donné l’écriture du spectacle.

« J’ai accepté le projet parce que cette pièce a beaucoup de résonances avec mon enfance »

Pourquoi avez-vous été choisi pour cette pièce ?
J’ai grandi à la campagne et je pense qu’il y avait une connivence avec Margot. Il y a vraiment une dimension enfantine dans la manière dont Margot voulait que le personnage s’adresse au public. Elle avait l’impression que je possédais les cartes pour m’inscrire dans cette démarche. J’ai accepté le projet parce que cette pièce a beaucoup de résonances avec mon enfance, mes histoires d’ados, les conneries que je faisais quand j’étais gamin à la campagne avec mes potes et les histoires d’animaux qui sont vraiment un thème central du récit.

Comment s’est passé l’apprentissage du texte et du personnage ?
Margot m’a beaucoup accompagné pour cela. Certaines parties sont venues assez rapidement, mais l’apprentissage a été hyper long et très laborieux aussi parce que je bosse sur d’autres spectacles en parallèle suite aux reports de dates liées à la crise sanitaire du Covid-19. Le manque de temps a un peu compliqué la chose mais, nous avons fini par y arriver.

Texte et Photos : Théo LAMBALLE.

Site Internet de la compagnie ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *