Heartstone : la pureté brute et sauvage de la jeunesse

Gudmundur Arnar Gudmundsson, réalisateur islandais, signe un premier long métrage récompensé à de nombreuses reprises. Ce drame a notamment remporté le prix du « long métrage européen » au Festival Premiers Plans à Angers, en 2017.

Heartstone se déroule dans un village isolé de pêcheurs, en Islande. L’histoire raconte les liens forts entre deux adolescents, Thor (Baldur Einarsson) et Christian (Blær Hinriksson). Confrontés à l’étape cruelle et délicate vers l’âge adulte, les deux garçons vivent un été tourmenté. Tandis que l’un tente de conquérir le cœur d’une fille, l’autre se découvre éprouver des sentiments pour son meilleur ami. A la fin de l’été, lorsque la nature reprend ses droits sur l’île, il est temps de quitter le terrain de jeu et devenir adulte…

L’irruption des premiers désirs, les expériences frivoles, la peur du regard de l’autre, Heartstone nous plonge dans les tourments sexuels de l’être humain, avec pudeur et tendresse. Un thème mainte fois abordé au cinéma, qui se concentre dans ce long métrage sur la découverte de soi, son caractère conservateur et son hostilité à l’homosexualité.

A travers le récit des deux personnages principaux, on découvre également des sujets tels que le dysfonctionnement des cellules familiales et l’attachement à la nature, grandiose soit-elle, mais aucunement esthétisée par Gudmundur Arnar Gudmundsson.

Heartstone : une histoire de fraternité, d’acceptation de soi et de sexualité.

Actuellement en salles. Durée : 2h09.

Laura MONCELET.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *