Plongée dans l’univers sexiste du siècle dernier

Aux États-Unis, dans les années 50, il n’était pas aisé d’être une femme ; seulement considérée comme une mère ou une épouse. Cela n’a pas arrêté Ruth Bader Ginsberg. La célèbre avocate est incarnée la délicieuse Felicity Jones dans un biopic intitulé Une femme d’exception.

Ruth est une avocate diplômée et pétrie de talent, mais elle doit faire face à mentalité des hommes à cette époque. Soutenue par son mari Marty (Armie Hammer), la jeune idéaliste tentera coûte que coûte de faire entendre sa voix. Une femme d’exception décrit avec habilité les difficultés qu’a dû traverser Ruth Bader Ginsburg pour arriver là où elle est.

Aujourd’hui juge de la Cour Suprême des États-Unis, égérie de la cause des femmes et fervente opposante à Donald Trump, elle est connue en Amérique sous le surnom de « Notorious RBG ». Cette octogénaire dynamique est la deuxième femme à avoir intégré cette haute juridiction en 1993. La trajectoire de Ruth Bader Ginsburg est emblématique et la réalisatrice du film, Mimi Leder, l’a bien compris.

« Quand les temps sont durs pour les femmes, souvenez-vous de ce qu’était le passé »

De ses études hors du commun (elle figure parmi les rares femmes à suivre les cours d’Harvard) à l’affaire fiscale qui a déclenché l’évolution de la place des femmes dans la société américaine, tout en elle est inspirant. Ce biopic nous plonge dans l’univers sexiste du siècle dernier et nous fait découvrir le parcours incroyable de cette icône féministe qui n’a pas volé sa célébrité.

Ce film fait réfléchir et prendre du recul sur la situation actuelle des femmes. Car même si le combat féministe est loin d’être fini, « Quand les temps sont durs pour les femmes, souvenez-vous de ce qu’était le passé », dit Notorious RBG.

En salles depuis le 2 janvier. Durée : 2 h.

Lucie CARPENTIER.

Photos : DR.

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *