Festival Bebop : les confidences de Voyov

Le public sarthois a découvert l’univers décalé de Thibaud Vanhooland, son vrai nom, lors de son concert au festival Bebop, le 16 novembre, à Coulaines. Le jeune artiste nantais a joué les morceaux de son premier EP, « On s’emmène avec toi ». Après avoir officié comme bassiste au sein des groupes Elephanz, Pegase ou Rhum for Pauline, il s’épanouit désormais en solo. Voyov s’est confié à vitav.fr à l’issue de sa prestation.

Quel a été ton parcours dans la musique ?
J’ai commencé tout petit en intégrant le conservatoire de Lille en trompette. J’y suis resté dix ans avant d’aller à Nantes. J’ai ensuite joué pendant huit ans avec mon groupe d’ado avant de rejoindre Rhum for Pauline, une formation dans lequel j’étais bassiste. J’ai ensuite rejoint Elephanz, puis Pegase. Je travaille désormais sur mon propre projet depuis un an.

Quelles sont tes influences ?
Elles sont diverses. Plus jeune, j’écoutais beaucoup de chansons françaises, mais aussi des artistes comme Manu Chao. J’ai ensuite écouté beaucoup de rock, de pop, de hip-hop, mais aussi des musiques brésiliennes, africaines. Aujourd’hui, j’essaie de retranscrire tout ça dans ma musique.

Comment décrirais-tu ton univers ?
Je trouve que les artistes sont les moins bien placés pour répondre à cette question. Je dirais sûrement de la chanson pop électronique, et vous, vous diriez quoi ?

Toutes les infos sur Voyov sur sa page Facebook.

Voyov est soutenu par le dispositif d’accompagnement Trempolino.

Texte et photos : Clément GILOUPPE.

Voyov s’est livré en toute décontraction dans sa loge.

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *