Raoul Peck revisite la jeunesse de Karl Marx

Nombreux d’entre nous ont une représentation de Karl Marx affiché sur la place Rouge de Moscou ou les portraits présents dans les Congrès communistes du monde entier ont figé cette figure comme un veille personne, avec la barbe blanche. Le cinéaste rappelle que ce philosophe, auteur de Capital, fut un jeune homme plein d’ambitions à l’énergie débordante.

Karl Marx ne fut pas seulement un penseur, mais aussi un homme d’action et d’engagement qui n’hésitait pas à se mettre en danger pour ses opinions. Le jeune journaliste et sa femme Jenny se lieront d’amitié avec Friedrich Engels, fils révolté d’un riche industriel. Ensemble, ils décident que « les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde, alors que le but est de le changer » et vont se consacrer à l’écriture du livre qui deviendra une « bible » des révoltes ouvrières en Europe : Le manifeste du Parti Communiste (publié en 1848).

Le cinéaste haïtien parvient à traduire cette pensée dans les joutes oratoires, parfois violentes, qui opposent le jeune Marx aux hégéliens de gauche et à Proudhon. Cette aventure intellectuelle est aussi le récit émouvant d’une grande amitié entre les deux confrères.

Le jeune Karl Marx, en salle depuis le 27 septembre 2017. Projeté au Mans, aux Cinéastes. Durée : 1h58.

Teddy CHEVRAIN.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *